Revenir à Trucs et astuces

Homophones

homophones

« davantage » ou « d’avantages »

Ce terme s’écrit de deux façons différentes en fonction de son sens.   Lorsqu’il a le sens de « plus », il s’écrit en un mot et est généralement utilisé avec un verbe. Exemple : Il mange davantage quand il revient du sport.   Lorsqu’il s’agit des « avantages », donc des côtés positifs, il s’écrit en deux mots. Exemple : …

« a » ou « à »

Ces deux termes ont des sens et des fonctions différents. « a » est la forme du présent de l’indicatif du verbe « avoir » et a donc un rôle « verbal » Exemple : Le chat a cassé un vase. « à » est une préposition servant à introduire un groupe de mots. Exemple : Le goûter est servi à quatre heures. …

« ça » ou « sa »

Ces deux termes, couramment employés, posent souvent des difficultés. « ça » est un élément qui va servir à mettre l’accent sur une chose en particulier. Exemple : Je ne mangerai pas ça ! « sa », quant à lui, permet de marquer la possession. Exemple : C’est sa voiture !   Pour les différencier, rien de plus simple. Vous pouvez remplacer le …

« ce » ou « se »

Ces deux termes ont des sens et des fonctions différents, tout en se prononçant de la même façon. « ce » est un déterminant démonstratif qui se rattache à un nom. Exemple : Ce chat a des puces. « se » est un pronom personnel qui se rattache à un verbe. Exemple : Le chat se gratte. Pour les différencier, rien …

« censé » ou « sensé »

Il n’est pas toujours aisé de différencier les termes « sensé » et « censé ». Exemple : Je suis censé aller me coucher. Si j’étais sensé, je l’aurais fait tout de suite. Dans cette phrase, on peut facilement comprendre. Le premier « censé » indique que je dois agir d’une certaine façon. Autrement dit, c’est une action que je dois accomplir. …

« danse » ou « dense »

Ces deux termes se prononcent de la même manière, mais ils ont des sens et des fonctions différents. « danse » : il s’agit dans ce cas de l’action (un enchaînement de mouvements basé sur une musique) ; il peut être nom féminin ou verbe. Exemples : Cette jeune femme danse avec élégance. Ce couple s’est lancé dans une danse énergique. « dense » : …

« leur » ou « leurs »

Le terme « leur » peut être classé dans deux classes grammaticales. Il est à la fois déterminant possessif et pronom personnel.   En tant que pronom, il se place devant un verbe et reste invariable. Exemples : J’ai parlé de mon roman à mes amis. Je leur ai parlé de mon roman. « leur » est un pronom qui …

« on » et « ont »

Ces deux termes se prononcent de la même façon, mais comportent une petite différence à l’écrit. « Ont » représente l’action de la phrase, il s’agit du verbe (« avoir » conjugué au présent de l’indicatif, à la troisième personne du pluriel). Exemple : Les candidats ont quatre jours pour rendre leur texte. « On », quant à lui, représente celui qui …

« ou » ou « où »

Ces deux termes ont des sens et des fonctions différents. « où » se rencontre dans deux types de phrases : — les interrogations directes où il jouera le rôle d’adverbe interrogatif Exemples : Où vas-tu ? D’où est-il ?  — les autres phrases où il jouera le rôle de pronom relatif : Exemple : Je me demande où il va chercher tout …

« plutôt » ou « plus tôt »

Le terme « plutôt » est une conjonction de subordination qu’il ne faut pas confondre avec la locution « plus tôt ». Ces deux éléments sont impossibles à différencier à l’oral, mais possèdent une orthographe différente.   Pour les différencier, il suffit le les remplacer par « plus tard ».   Si le remplacement est possible, il faut l’écrire en deux …

« quand », « quant » ou « qu’en »

Quand Ce terme est un adverbe de temps. Exemple : Quand tu parles, je t’écoute. Quant : Celui-ci est une préposition suivie de « à » (ce qui constitue, dans la plupart des cas, une technique pour le reconnaître. Exemple : Quant à moi, je préfère les oranges. Qu’en : Ce dernier est un pronom interrogatif suivi de « en ». Exemple : Qu’en …

« quoique » ou « quoi que »

Le terme « quoique » est une conjonction de subordination qu’il ne faut pas confondre avec la locution « quoi que ». Ces deux éléments sont impossibles  à différencier à l’oral, mais possèdent une orthographe différente. Pour les différencier, il suffit le les remplacer par « bien que« . Si le remplacement est possible, il faut l’écrire en un seul mot …

« raisonner » ou « résonner »

Les verbes « raisonner » et « résonner » ont des prononciations quasi similaires et peuvent poser problème. « Raisonner » : a le sens de réfléchir, utiliser la « raison » pour résoudre un problème ou comprendre une situation. « Résonner » : a plutôt un sens basé sur la production de sons. Exemples : Le professeur raisonne l’élève. (Le professeur fait comprendre quelque chose à l’élève.) …

« son » ou « sont »

Ces deux termes ont des sens et des fonctions différents, tout en se prononçant de la même façon. « son » est un déterminant possessif qui se rattache à un nom. Exemple : Son frère est parti en classe de neige. « sont » est la forme conjuguée au présent de l’indicatif à la troisième personne du pluriel du verbe …

« au temps pour moi » ou « autant pour moi »

Si vous posez la question autour de vous, vous verrez que les avis divergent concernant cette locution. Cependant, les deux se disent dans des contextes différents. « au temps pour moi » s’emploiera pour signifier que nous avons commis une erreur. Exemple : « — Au temps pour moi, je n’avais pas compris la question ! » « autant pour moi », quant …

« peut être » ou « peut-être »

Cette expression se décline en deux orthographes, car elle présente deux sens opposés. Les confondre représente donc une erreur de français. Le premier, « peut être », qui s’orthographie en deux mots, est un verbe et symbolise une action.  Exemple : Le chat peut être n’importe où. Si l’on ajoute un adverbe (ici, je choisis « bien ») dans la phrase, il …

« tord » ou « tort »

Comme le précise Raymond Devos dans son texte « À tort ou à raison » : « On ne sait jamais qui a raison ou qui a tort. » Cependant, dans ce cas précis, on le sait. Celui qui a « TORT » est celui qui écrit « TORD » avec un « D » ! xD   La distinction peut se faire facilement et se retenir assez …

« serre » ou « sert »

Ces deux termes se distinguent par leur sens.   En effet, le premier est une variation du verbe « serrer » qui a un sens de « maintenir d’une manière vigoureuse ». Il s’emploie aussi dans l’expression « serrer la main » pour saluer. Il se conjugue comme « aimer » (premier groupe). Exemple : L’homme politique serre les mains de ses futurs électeurs. …

Laisser un commentaire

Votre adresse ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.